POURQUOI CE LIVRE ?

Je me suis toujours demandé pourquoi certaines personnes handicapées[1] se dressent pour atteindre des étoiles alors que d’autres, valides, ne peuvent seulement imaginer qu’elles existent. C’est pour tenter de répondre à cette redoutable question que j’ai souhaité engager cette recherche et écrire ce livre. Acteur du monde du sport, chercheur en psychologie et psychologue du sport auprès de grands championnes et champions valides, les performances des sportifs handicapés m’ont toujours questionné. Comment et par quels processus ces sportifs sont-ils capables, eu égard à leur handicap, d’accomplir de telles performances et, pour certains, des exploits qui défient les imaginaires les plus osés ? Qu’est-ce qui les pousse à transcender leurs blessures au point d’inverser leur équation de départ et, de stigmatisés, devenir des figures de proue, non seulement pour leurs pairs, mais aussi pour les valides ? Leur accomplissement sur les terrains de sport ou d’aventures se généralise-t-il aux actes de la vie quotidienne ? Est-il l’expression de leur résilience ? Le sport est-il un domaine privilégié de cette expression ? Faut-il être un champion pour cela ? Et si la capacité de résilier résulte de la rencontre d’une personnalité avec un environnement affectif, social et matériel, comment ces différents facteurs interagissent au cours de l’histoire de la personne ? Telles sont les questions auxquelles j’ai souhaité répondre dans ce livre.



[1] 12 Douze millions de Français sont touchés par un handicap. Parmi eux, 80 % ont un handicap invisible, 1,5 millions sont atteint d’une déficience visuelle et 850 000 ont une mobilité réduite. 20 Vingt millions de Français sont concernés directement ou indirectement par un handicap (source INSEE 2015). 35%Trente-cinq pour cent des personnes handicapées font du sport en autonomie ou dans un club (source du ministère des Sports, 2015). La Fédération française handisport compte 36 000 licenciés (source de la FFH, 2015).

vendredi 8 juillet 2016

FAITES PART DE VOS RÉACTIONS À LA LECTURE DE LA RÉSILIENCE PAR LE SPORT

PARTAGEZ-VOUS MES ANALYSES ? QUEL EST VOTRE POINT DE VUE SUR LA QUESTION ? N'HÉSITEZ PAS À ARGUMENTER. VOTRE AVIS M'EST NÉCESSAIRE EN VUE D'UNE PROBABLE RÉÉDITION. MERCI.

7 commentaires:

  1. Bonjour,

    J'ai écouté avec beaucoup d’intérêt l'interview transmise cet après midi sur France Inter. Je suis paraplégique et la seule femme paraplégique pilote de voltige au monde après un accident d'avion où j'ai été la seule rescapée...je ne fais pas partie d'une discipline handisport pourtant, j'aurai adoré échanger avec vous sur mon expérience, mon parcours avec cette notion de dépassement de soi et de prise de risques : la maitrise des émotions dans une discipline où le droit à l'erreur n'existe pas.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Dorine pour ce premier commentaire. J'espère qu'il en incitera d'autres. Et bien sûr, merci pour votre intérêt pour mon enquête. Enquête à laquelle vous auriez pu participer... En effet, lorsque j'ai fait mon "casting", en 2014-15, j'ai pensé à vous. Je n'ai pas su comment vous joindre. Puis le casting a évolué et nous nous sommes manqués. D'accord pour échanger et prolonger avec vous. Bien amicalement. Hubert

    RépondreSupprimer
  3. J'ai beaucoup aimé vos propos et la différences que vous faisiez entre les sportifs de haut niveau valides et handicapés. Dans ma discipline, je me sens très seule, isolée, un peu mise à l’écart. Peu de pilotes de voltige valides s’intéressent à mon parcours, à ma progression, à mes difficultés. Heureusement cela est compensé par les "anciens", les pilotes plus âgés, plus murs, qui me soutiennent comme des "pères"....mais je souffre du manque d'échanges, de liens d'amitiés avec les pilotes de mon age...je les sens distants comme si mes efforts n'avaient pas de valeurs à leurs yeux. Un temps, cela m'a même empêchée de progresser, je me sentais blessée, j'ai voulu tout arrêter....et puis par chance, j'ai trouvé un instructeur de voltige ultra motivé pour me prendre sous son aile et me faire progresser. J'avoue aussi que vos propos sur France Inter m'ont aidé à prendre du recul et à relativiser. Depuis lundi, j'y repense et ça me rend plus forte. C'est pourquoi je voulais avant tout vous dire MERCI car grace à vous, je vais continuer de voltiger, d'apporter de l'espoir aux gens, tout en ayant moi-même le coeur leger....

    RépondreSupprimer
  4. Merci Dorine pour ce témoignage qui montre combien notre société est peu accompagnante. Parlons-en. Amicalement. Hubert

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, je viens à l'instant de terminer les dernières lignes de votre livre "la résilience par le sport"et je le recommande très fortement à tous mes collègues entraîneurs notamment pour ce que nous avons à apprendre de ces sportifs "autrement capables", de leur manière d'appréhender les contraintes et de gérer le stress. Merci pour ce livre et merci à ces sportifs et champions pour leurs témoignages.
    Guy Ontanon coach sprint FFA

    RépondreSupprimer
  7. Ce message, Guy Ontanon, me fait infiniment plaisir. D'abord pour les champions et championnes qui ont collaboré à ce livre - à qui j'ai communiqué votre commentaire. Parce que venant d'un entraîneur qui connaît ce qu'est un champion et les conditions de la performance sportive. Effectivement, en lisant ce livre, les sportifs valides apprendront beaucoup sur eux-mêmes et sur les façons de gérer des objectifs et une carrière de champion. Salutations sportives. Hubert Ripoll

    RépondreSupprimer